Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2019

Actualités de la semaine

 
##nothumbs##

Manhattan, automne 1982. Jean-Michel Basquiat, jeune artiste prodige de 22 ans, a de quoi être impressionné. Ce jour-là, son marchand le présente officiellement au célèbre Andy Warhol.


La rencontre se fait dans l’atelier de ce dernier, la Factory. Mais tout ne se passe pas comme prévu…

 

 

À peine Basquiat arrivé, Warhol, avec son appareil polaroid, commence à prendre quelques clichés du jeune artiste.

Mais Basquiat, très vif, réagit du tac au tac. Il s’empare de l’appareil et se prend en photo avec la star du pop art.

Curieusement, alors que Warhol l’invite à déjeuner pour prolonger leurs échanges, Basquiat décline l'offre et se sauve sans plus d’explication… et en emportant la photo.

Quelle mouche l’a piqué ?

##nothumbs##
##nothumbs##

À peine deux heures plus tardWarholvoit l’assistant de Basquiat revenir à la Factory avec, à la main, une grande toile encore dégoulinante. Stupéfait, Warhol découvre un double portrait, représentant les deux artistes côte à côte.

Avec son "Dos cabezas (Deux têtes)"Basquiat ose se peindre au même plan que son célèbre aîné.


Plus culotté encore : le visage de Warhol, recouvert en partie par les longues mèches de Basquiat, semble relégué au second plan.

Warhol est vivement impressionné par ce jeune peintre effronté. En quelques coups de pinceau, il est parvenu à capturer l’essentiel. La star, pour qui la rapidité est une vertu primordiale, aurait même déclaré : "Je suis jaloux, il est plus rapide que moi" !

Ce tableau audacieux scelle le début d’une fameuse collaboration artistique entre Warhol et Basquiat. Avec, cette fois, des œuvres à quatre mains !

 

##nothumbs##
 
Artips - 2019